CPIE Pays de Morlaix Trégor
listMenu     Vous êtes ici :  Ancien Site >  Base du Douron >  Gestion et valorisation du patrimoine > Contrat Nature

Les inventaires du Damier de la Succise

Le Damier de la Succise, Euphydryas aurinia, est un papillon diurne (Ordre des Lépidoptères) protégé au niveau national, pouvant être présent dans toutes les régions de France mais de manière très localisée.

Le damier de la Succise a des ailes de couleur générale fauve-orangée avec un quadrillage de traits noirs et des taches plus claires, jaunes orangées.
On le nomme damier par la présence de dessins quadrillés sur ses ailes et Succise car il est inféodé à la Succise des prés, plante des prairies humides.

L’espèce connaît un fort déclin de sa répartition depuis une cinquantaine d’années, lié à la régression de ses habitats, prairies humides, tourbières et friches fleuries.

La vallée du Douron accueille ce petit lépidoptère qui tend à se raréfier en raison de la régression des zones humides de la vallée.

En 2007, un enrichissement des connaissances environnementales de la vallée du Douron a été effectué par le biais d’un inventaire de l’entomofaune sur les praires alluviales de la vallée.
Le but des études de l’année 2008 est donc de continuer ce travail grâce à un suivi des lépidoptères sur les mêmes parcelles.
Pour cela, on utilise le « protocole des Réserves Naturelles de France pour le suivi des milieux ouverts par les Rhopalocères » :

On effectue des trajets (transects) lors des périodes de vol de l’insecte. Pour une parcelle de 2*2km, on réalisera 5 à 15 transects, un transect mesurant de 50 à 400 mètres (Plus l’habitat est riche, moins le transect est long car les transects doivent être parcouru en 10 minutes).
Un transect est une boîte de 5 mètres sur 5 qui se déplace donc de 50 à 400 mètres avec le prospecteur.

Le protocole des réserves naturelles de France permet d’obtenir une liste d’espèces présentes par milieu (indice d’abondance) et d’évaluer la dynamique des populations (modification de l’abondance, colonisation ou extinction d’espèces).
L’année dernière, on a recensé/ observé ? 51 Damier de la Succise durant la saison estivale sur les 9 prairies qui ont été étudiées.
La vallée du Douron possède donc des richesses entomologiques qui persistent grâce aux différentes mosaïques d’habitats, qu’il est nécessaire de conserver.