CPIE Pays de Morlaix Trégor
listMenu     Vous êtes ici :  Ancien Site >  Base du Douron > Biodiversité

Les papillons communs

Papillons Communs

JPEG - 93.6 ko
paon_du_jour
Aldric LUCAS

Les papillons sont indispensables à l’homme. Pas seulement pour les services qu’ils rendent, ou leur importance dans les écosystèmes : ils sont aussi l’incomparable petite touche de couleur qui redonne espoir dans le printemps et nous appelle à rêver.
Avec 165 000 espèces décrites, les papillons représentent environ 10 % des espèces animales connues au monde. Agents pollinisateurs, proies pour les oiseaux, les batraciens ou les chauves-souris, les 5 200 espèces de papillons (papillons de jour et papillons de nuit) de France jouent un rôle important dans le bon fonctionnement de la nature.
Les papillons sont des insectes reconnaissables à leur thorax d’un seul bloc, à leurs deux paires d’ailes couvertes d’écailles et souvent colorées, à leur appareil buccal dit « suceur », formant une trompe rétractable permettant d’aspirer le nectar des fleurs. On distingue les "papillons de jour" ou rhopalocères, à antennes en massue, et les "papillons de nuit", ou hétérocères, à antennes en général ramifiées et en tout cas jamais en massue. Cependant, certains papillons dits de nuit vivent de jour… cette appellation peut donc être trompeuse !
Les œufs, de quelques douzaines à plusieurs dizaines de milliers, sont déposés par la femelle sur une plante hôte, et donnent naissance aux chenilles au bout de quelques jours (ou au bout de tout un hiver pour certaines espèces).
La chenille se nourrit le plus souvent des feuilles de sa plante hôte. Elle est généralement très difficile, ne pouvant se nourrir que d’une espèce de plante ou de quelques plantes proches. Elle grossit alors très vite, multipliant plusieurs fois son poids en quelques semaines, ce qui l’oblige à changer régulièrement de peau, celle-ci n’étant pas extensible : ce sont les mues. Arrivée au bon poids, la chenille se transforme en chrysalide, se fixant dans un coin tranquille le temps de réorganiser totalement son corps.
S’extirpant de l’enveloppe de la chrysalide sort le papillon adulte ou imago. Enfin muni d’ailes, le papillon tel qu’on le connaît le mieux se nourrit alors du nectar des fleurs, assurant au passage leur pollinisation. C’est à ce stade que les individus des deux sexes se retrouvent, grâce à des messages d’odeurs particulières, les phéromones. Les papillons ne survivent guère longtemps à l’accouplement et, pour la femelle, à la ponte. Ce dernier stade de leur vie aura duré de quelques semaines à quelques mois.

La disparition des habitats (zones humides, prairies sèches), la raréfaction des plantes hôtes, les pesticides ou le changement climatique sont autant de menaces, dues aux activités humaines. De nombreuses espèces disparaissent ou se raréfient.
Avec la raréfaction de leurs milieux de vie, le rôle des jardins dans la conservation des papillons devient aujourd’hui de plus en plus important. En France, les jardins couvrent plus d’un million d’hectares, soit 4 fois plus que la superficie de toutes les réserves naturelles réunies ! Si nos jardins accueillent demain plus de papillons, l’impact peut donc être très important, non seulement pour les papillons mais aussi pour toute la nature qui nous entoure !

En savoir plus :
Noé Conservation